Sweet Dreams

Sweet Dreams 2018-11-20T13:56:34+00:00

Project Description

sweetdream

Visual Comedy

avec Luigi Ciotta

inspirée d’une idée de Luigi Ciotta et Rossella Sorbara

Mise en scène de Rossella Sorbara

Scénographie de Bruno Geda

Costumes de Carla Carucci

Prix OneManShow 2014 Cantieri di Strada FNAS

Fédération Nationale des Artistes de Rue Italien

carretto 3Sweet Dreams est un spectacle comique, grotesque, qui parle de plaisir et de dépendance en utilisant la métaphore du sucre.  

Luigi Ciotta est dans la peau d’un marchand de barbe à papa et attire à lui les spectateurs à la manière d’un saltimbanque. C’est une véritable invitation à l’hédonisme : l’homme à la barbe à papa est un personnage innocent, il ne nous invite qu’à nous laisser aller sans le souci des conséquences. On dirait que son chariot sort d’une fable et une musique douce se répand dans l’air à son passage. Il est gracieux comme le sucre de la barbe à papa qu’il manipule avec adresse, il danse, il chante, il invite les petits et les grands à le rejoindre dans sa joyeuse parade.

Le langage utilisé par le vendeur devient toujours plus artificiel et doucereux et notre ami va progressivement lever son masque et perdre l’image rassurante et féérique du vendeur et laissera émerger un personnage à la Tim Burton, une espèce de  Beetlejuice en jupons, que nous appellerons la « Fée du Sucre ».

Les spectateurs seront confrontés à une sorte de Lolita poilue en excès de poids qui fera un véritable strip-tease et dans l’espoir de séduire le volontaire elle se lancera dans un très comique numéro de Pole Dance acrobatique et casse-cou (barre de 3 mètres recouverte d’énormes sucettes).

Le spectacle est pensé comme un parcours tragi-comique qui révèle de manière amusante et désacralisante le visage amer de la dépendance à travers les ressources comiques du clown, la folie du bouffon et la séduction ironique du burlesque et de la pole dance

L’expérience acquise ces dernières années m’a confirmé à quel point le bouffon est un excellent moyen de transmettre des messages sociaux et de stimuler un dialogue entre l’acteur et le public en laissant de côté les aspects les plus moralisateurs et en faisant ressort sur un comique désacralisant.

Le bouffon est un personnage excessif, un être déformé, un phénomène de foire qui doit être offert aux moqueries du public. Jugé fou et inférieur par le reste du monde, le bouffon peut dire et faire ce qui n’est pas permis aux autres. Il agit sans raison et sans morale en occupant ainsi un rôle social fondamental.

Dans le spectacle Sweet Dreams, le bouffon offre le meilleur et le pire de lui.

Le spectacle n’a pas pour objectif d’être un hymne à l’ascétisme mais il veut servir de point de départ pour stimuler une réflexion sur les mécanismes qui nous coincent souvent dans une spirale de dépendances nuisibles et d’automutilations. Pourquoi avoir choisi la barbe à papa comme expédient narratif ? Dès le début, ce choix a été inspiré par mes recherches dans le domaine nutritionnel et par l’étude des mécanismes de production, raffinage et marketing du produit. J’ai approfondi ensuite les dynamiques sur lesquelles se base le succès des politiques de vente du sucre et de ses dérivés, son utilisation inappropriée au sein de toute sorte d’aliments emballés, son abus à partir de l’enfance, ses conséquences sur la santé. J’ai aussi étudié l’effet que la consommation de sucreries a sur notre cerveau et la dépendance qu’elle crée chez ceux qui en consomment quotidiennement des doses excessives. Dès lors, l’idée s’était déjà transformée et j’ai eu l’impression de pouvoir utiliser le sucre comme symbole et métaphore de quelque chose de plus vaste et profond. D’un côté, son apparence séduisante et innocente amène notre cerveau à renoncer à n’importe quel type de défense à son égard. De l’autre, le désir continuel qu’il suscite nous fait sentir que quelque chose de profondément atavique est stimulé en nous par ce plaisir glycémique. La consommation excessive et quotidienne crée en effet une véritable dépendance. C’est alors que mon intérêt a principalement porté sur le mécanisme de désir-satisfaction du désir-désir, un mécanisme qui n’arrive jamais à une condition de repos et d’assouvissement.

Pourquoi la Fée? Le personnage de la Fée est né en pensant à un individu qui puisse incarner l’ambivalence du sucre, son innocence, son lien avec l’enfance, avec le bonheur d’une part et d’autre part, ses potentialités perverses et lascives, son côté obscur qui nous amène à nous laisser aller et à exagérer de manière masochiste. Elle représente en quelque sorte la petite voix intérieure qui nous fournit les alibis quand nous voulons faire quelque chose que nous ne devons pas faire.

_MGL7655D’où notre choix de mise en scène consistant à créer un personnage ambivalent chez qui les contradictions fabriquent un véritable masque comique en faisant de lui un hybride d’homme et de femme, de candeur et de luxure, de douceur et d’horreur. La structure même du spectacle est étudiée comme un processus de découverte,de transformation du personnage, une sorte de roman de formation où le héros montre son vrai visage et ce visage nest vraiment pas rassurant. 

FICHE TECHNIQUE:

Spectacle pour la scène et/ou la rue.

PUBLIC IDÉAL: Tous les âges

DURÉE: 35 minutes dans la rue/ 45 en salle

TECNIQUES: Clown, Bouffon, Pole Dance Improvisation, Manipulation d’objets.

ESPACE SCÉNIQUE: 5 x 5 mètres

BRANCHEMENT ÉLECTRIQUE : OUI

LOCAUX POUVANT SERVIR DE LOGE: Indispensable

TEMPS DE MONTAGE: 1h;

TEMPS DE DÉMONTAGE: 1h

AUTRES EXIGENCES : Le chariot du Sucre à barbe à papa est doté de roues et donc il peut facilement être monté partout et ensuite emporté sur le lieu du spectacle. Il peut ensuite être facilement déplacé après le spectacle.

Il est préférable de décharger/charger le matériel le plus près possible de l’endroit du spectacle. Il est cependant nécessaire de monter à l’avance la barre de la Pole Dance et la Partie Audio.

Les lumières seront à la charge de l’organisation.

Nous demandons l’hébergement pour 2 personnes : acteur et technicien ou manager.